• Après avoir quitté Sens, pris la direction de Fontainebleau pour rejoindre la Francilienne et ensuite la N12, me voici arrivée dans mon ancienne demeure où tous mes enfants y ont grandi. Même pas de nostalgie, juste une évidence. On ne vit pas dans une maison pendant plus de vint cinq ans sans y avoir des attaches sentimentales solides, malgré toutes les épreuves de la vie auxquelles j'ai du faire face.

    Je laisse les mauvais souvenirs de côté pour ne garder que les côtés tendresses. C'est mieux ainsi et c'est plus constructif.

     

    116

     

    On aperçoit juste le toit du garage et c'est par là que nous allions chercher des champignons et que les enfants allaient faire quelquefois des bêtises. C'est aussi tout près que nous prenions des tréteaux et une vieille porte que nous protégions avec une nappe en papier pour  nos repas barbecue.

     

    Parfois, j'allais même y chercher du bois mort, de petites branches tombées des arbres pour allumer la cheminée.

     

    115

     

    Ici, le petit chemin nous mène  sur la départementale qui nous conduira souvent vers Alençon ou Mamers. C'est aussi au bout de ce chemin que les gendarmes se cachent pour arrêter les automobilistes en infraction. Mais chuut..

     

    114

     

    Quelques mètres plus loin, un arbre avec des inscriptions. Si j'ai bien décrypté les lettres : M.J- P.A, en revanche les chiffres me laissent perplexe.

     

    110

     

    C'était le 17 août en fin d'après-midi.

     

     


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique