• Le bonheur est dans le pré

    C'est en lisant un commentaire de Pauline (voir Polinavélo dans mes favoris et son article sur  les magnifiques couleurs d'Islande) que j'ai eu l'envie de redécouvrir cette poésie que j'avais apprise alors que j'étais en fin de CP. Je me souviens que je l'apprenais sans vraiment comprendre le sens des paroles. Je ne comprenais pas pourquoi il fallait sauter par dessus les haies pour trouver le bonheur . Et puis à sept ans, c'est quoi le bonheur ?

     

    balade du 21 mai 2008 016

     

    Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite.
     Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite. Il va filer.
     
    Si tu veux le rattraper, cours-y vite, cours-y vite.
     Si tu veux le rattraper, cours-y vite. Il va filer.
     
    Dans l’ache et le serpolet, cours-y vite, cours-y vite.
     Dans l’ache et le serpolet, cours-y vite. Il va filer.
     
    Sur les cornes du bélier, cours-y vite, cours-y vite.
     Sur les cornes du bélier, cours-y vite. Il va filer.
     
    Sur le flot du sourcelet, cours-y vite, cours-y vite.
     Sur le flot du sourcelet, cours-y vite. Il va filer.
     
    De pommier en cerisier, cours-y vite, cours-y vite.
     De pommier en cerisier, cours-y vite. Il va filer.
     
    Saute par-dessus la haie, cours-y vite, cours-y vite.
     Saute par-dessus la haie, cours-y vite. Il a filé !

     

     

     

     

    Paul Fort

     

    « Etrangeté au lac du Der.Au lac du Der »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 10 Janvier 2012 à 07:16
    Mireille du Sablon

    Bonjour Lilou,

    Des générations entières l'ont apprise, que du bonheur en la redécouvrant ce matin, me voici avec le sourire aux lèvres...et ce poème dans la tête!

    Gros bisous et bonne journée, Mireille du Sablon!

    2
    Mardi 10 Janvier 2012 à 07:21
    Nokomis

    Un joli rappel de mon enfance, et oui, aucun doute, il est bien dans le pré !
    Bisous Lilou et bonne journée

    3
    Mardi 10 Janvier 2012 à 07:33

    moi je connais le bonheur est dans le pré mais via la télé

    MDR

    Bisous

    4
    Mardi 10 Janvier 2012 à 07:52
    Francis

    Etonnants et remarquables ces poètes (ces écrivains, ces illustrateurs, ces chanteurs) sachant écrire pour les enfants ; à moins qu'ils n'écrivent pour les adultes que seront les enfants ?

    5
    Mardi 10 Janvier 2012 à 10:00
    Christine

    Bonjour Lilou J'ai eu la chance de grandir dans les prés et je crois que je tire de là mon optimisme et ma force de m'accrocher à la vie malgré tous les déboires subis. Peut être aussi un potentiel de santé...Je n'ai que de bons souvenirs d'avoir passé ma jeunesse sans copines, rien ques cousins et cousines, et mes chiens, dans cette ferme isolée de tout. C'était la liberté. Et dire que j'avais honte de le dire quand j'allais au Lycée : mes amies étaient des citadines.A 65 ans j'ai encore toutes les images de chaque coin de prairie où je cueillais les coquelicots et surtout le temps que je prenais à ouvrir ceux qui n'étaient pas encore fleuris juste pour le défi de deviner de quelle couleur sera le bouton sous son enveloppe du blanc au rouge en passanr par le rose selon l'avancement.Tout ce que j'ai marché le lonf des sillons de blé en herbe pour voir pousser ces petites pensées sauvages . Les km que j'ai fait le long d'un petit ruisseau pour trouver la première violette. Si tout ça ce n'est pas du bonheur . Oh tu me figes les larmes aux yeux !!!!!

    Va falloir que j'aille voir le blog de ton amie car ma copine Mony part en Islande en mai peut être y trouvera t elle des infos .

    Bisous à bientôt

    6
    Mardi 10 Janvier 2012 à 13:03
    Mimi de Bruges

    Un très joli poème de Paul Fort que j'ai appris aussi.

    Bonne journée. Bisous

    7
    Mardi 10 Janvier 2012 à 16:05
    @nnie54

    Nous avons tous et toutes appris ce poème. J'ai vécu étant jeune en campagne, tu parles si' l'on a courru dans le pré avec mes soeurs.

    Tu as bien fait de nous rappeler ceci, que le bonheur est là-bas sans doute, j'en ai le souvenir !

    @nnie

    8
    Mardi 10 Janvier 2012 à 17:11
    AD-Mary44 devenue 49

    Et lorsque l'on a rattrapé le bonheur il ne faut surtout pas le laisser échapper !!! Paul Fort avait raison et la suite est une autre histoire.

    gros bisous

    9
    Mardi 10 Janvier 2012 à 19:28

    C'est bien pourquoi , je vais par monts et par vaux . Et c'est très vrai que l'on y retrouve le bonheur ...

    10
    Mardi 10 Janvier 2012 à 19:39
    Pauline

    Je crois justement que c'est ça, le bonheur, même à sept ans...

    Courir, sauter, caresser les animaux, sentir les plantes et goûter les fruits...la liberté, quoi ! C'est ce que je vis dans mes voyages à vélo !

    Bisous.

    11
    Mardi 10 Janvier 2012 à 20:49
    Chronique

    Bonjour Lilou

    Je suis née à la campagne alors courir dans les prés, grimper aux arbres, se rouler dans le foin, fait partie de mon enfance......le goût de la liberté, des grands espaces.... que du bonheur..... étrangement je n'ai pas eu à apprendre cette chanson.... on m'a offert de la vivre tout simplement...

    Belle fin de soirée à toi

    Gros bisous

    Chronique

    12
    Mardi 10 Janvier 2012 à 21:43
    Papyclau-27

    Bonsoir Lilou, en fin de CP, mais c'était hier !!! lol !!! Tu as une sacrée mémoire si tu t'en souvient encore !!! Je ne connaissais pas cette poésie. De toute façon, je ne les apprennais pas beaucoup !! Bonne soirée, bises. Claude.

    13
    Mercredi 11 Janvier 2012 à 18:19
    Garo

    Je ne connaissais pas du tout ce poème. Si je comprends bien, on ne peut pas le rattraper, il file par dessus la haie et c'est trop tard. j'ai été voir les photos d'Islande sur le blog de ton amie, c'est tout simplement magnifique !

     

    Bisous

    14
    Mercredi 11 Janvier 2012 à 21:20
    Cathline

    bonsoir lilou   un bien joli poème   il continue à faire beau alors je continue à bêcher  un peu tous les jours   je finir par en avoir faiis le tour   bonne soirée   bises cathline

    15
    Mercredi 11 Janvier 2012 à 21:58

    Bonsoir Lilou : Comme il est doux de relire ce poême de Paul Fort . Je me retrouve 50 ans en arrière . J'approche du stade de la haie à franchir ...et le bonheur n'a pas filé ...mais je cours moins vite . bises bonne soirée   

    16
    Mercredi 11 Janvier 2012 à 22:55
    Dusty Sue

    Le bonheur c'est justement d'avoir 7 ans à moins d'avoir eu de bien gros malheurs mail il y a toujours les chagrins même s'ils sont petits à 7 ans. Ils sont par contre aussi grand que les nôtres relativement.

    Le problème c'est qu'àa mon âge, je ne peux plus sauter la clôture aussi facilement...

    Sauter la clôture ici veut dire tromper son conjoint...

    A+

    dusty sue

    17
    Jeudi 12 Janvier 2012 à 10:21
    philippe du Mans

    Alors , passons par dessus les haies et courons dans les champs !!!

    quand j'avais autour de 10ans j'adoré cette sensation de plaisirs, de liberté et de risque parfois !!! les vaches n'étaient pas loin et parfois un taureau nous courait aprés !!!!

    ramasser des paquerettes !! cool !!!

    mais aprés, il fallait rentrer ....

    le lendemain, on était repartis !!!! le bonheur !!!

    18
    Vendredi 13 Janvier 2012 à 14:17
    MAKAZOK

    un bien joli poème et si "vrai" ! Tu fais bien de nous le rappeler ! As-tu eu mon message sur ton téléphone ? Peut-être, ai-je fait un faux numéro ! Alors comme mon pc me laisse travailler, aujourd'hui, je te renouvelle tous mes voeux pour cette nouvelle année et PLEIN de CHOSES positives ! Je t'envoie de gros bisous ! A bientôt

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :