• Je lis, je lis...

    Aujourd'hui, je vous propose deux livres que j'ai aimé.

    Le premier est "La fille de l'hiver" de Eowyn Ivey. Un auteur que je ne connais pas du tout. C'est la quatrième de couverture qui m'a attiré. Ce roman, tiré d'un conte russe est vraiment plaisant. On accroche ou pas, personnellement j'ai accroché. Cela m'a rappelé  un peu quelques contes merveilleux que j'ai pu lire enfant.

    Quatrième de couverture

    Pour oublier la mort de leur bébé, Mabel et Jack s'exilent en Alaska. Mais sur ces terres sauvages, le couple s'enferme dans sa douleur. Jusqu'a ce soir d'hiver où il sculpte un bonhomme de neige : une petite fille apparaît près de leur cabane, talonnée par un renard roux. Hallucination, miracle ? Et cette enfant farouche était la clé d'un bonheur qu'ils n'attendaient plus.

    J'ai aimé parce que je n'ai pas eu de mal à imaginer les scènes en pleine nature mais aussi  la solidarité  et l'amité qui se sont établies entre les différents personnages. On ne se refait pas ! smile

      

    Le deuxième est "Cet instant là" de Douglas Kennedy.

    Quatrième de couverture

    Ecrivain New-Yorkais, Thomas Nesbitt, reçoit à quelques jours d'intervalle deux courriers qui le replongent dans son passé : les papiers de son divorce après vingt ans de mariage, puis le journal de son premier amour.

    1984.Parti à Berlin pour écrire, Thomas arrondit ses fins de mois en travaillant pour Radio Liberty. Il rencontre Petra, sa traductrice. Entre eux, naît une passion dévorante. Peu à peu, Petra lui confie son histoire et le récit de son passage à l'Ouest. Thomas est bouleversé. Rien ne semble pouvoir séparer les deux amants.

    J'ai aimé, c'est vrai mais j'ai trouvé tout de même quelques longueurs, me demandant quand il allait arrivé dans le vif du sujet. Et puis, à un moment, alors qu'on s'y attend le moins, coup de théâtre ! Le choc de la révélation et là, l'histoire prend une autre dimension.On se rend compte de toute l'horreur de ce qu'ont pu vivre  ceux qui habitaient Berlin du temps où le mur existait encore,  des choix qu'ils ont du prendre pour survivre quitte à vivre sans cesse dans la trahison.

    « Le musée des mille et une racines (suite)Ribauvillé »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 20 Mars 2014 à 19:44

    Bonsoir Lilou,

    Je vais noter les titres car tu es une bonne conseillère en lecture. Je connais le 2ème auteur, il est rare que l'on n'aime pas ses livres, longs parfois il est vrai...

    Gros bisous du soir de Mireille du Sablon

    2
    Jeudi 20 Mars 2014 à 20:57

    j'ai lu des Douglas Kennedy et ne me rappelle pas de ce titre. j'irai voir en bib.

    Le premier semlbe intéressant à lire. merci de nous faire profiter de tes lectures.

    J'espère que tout va pour le mieux pour toi en attendant de t'installer.

    Bises  @nnie

    3
    Jeudi 20 Mars 2014 à 21:02

    tu ad bien de la chance  d'arriver à lire,  moi je n'y arrive pas    pas le temps  et si j'ouvre un livre le soir  je m'endors  au bout de 3 lignes   

    bonne soirée   bises Cathline

    4
    Jeudi 11 Septembre 2014 à 19:15

    très heureux de ta visite, pour mon adresse pas de problème, j'espère que tu te plais ou tu es, mes vacances se termines alors je profite des sorties de pêches pour prendre des levés de soleil

    prend bien soin de toi

    tu nous manques

    allez gros bisous de ton ami jojo de radon

    5
    Jeudi 15 Janvier 2015 à 20:37

    L'Alsace a l'air d'être une région vraiment accueillante ^^ J'espère que tu vas bien Lilou. Aprés une longue absence, je passais par ici pour te souhaiter une belle année 2015 amie bourguignonne ;) Gros bisous

    6
    verhuisbedrijf
    Jeudi 16 Avril 2015 à 09:43
    I absolutely respect and appreciate your point on each and every object.
    7
    Vendredi 29 Mai 2015 à 17:45

    Ribeauvillé, c'est un endroit où je suis passée il y a tant d'années, ça fait plaisir à revoir!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :