• Cette année encore j'ai pu profiter de mes loulous. Nous sommes allés au Der pour une petite escapade bien appréciée de tout le monde.

    Cette année je n'ai pu avoir que  les deux derniers, la grande ayant trouvé du travail pendant la période du mois de juillet (Cela grandit trop vite ces p'tiots là !). smile J'en ai profité pour leur faire découvrir quelques endroits qu'ils ne connaissaient pas, nous avons pique-niquer en forêt de Perseigne et, avons été dans celle d'Ecouves où ils se sont dépensés sur le parcours santé avec joie et bonne humeur. Ils adorent cet endroit ! Et je ne vous parle pas du reste, activités manuelles et autres ainsi que quelques parties de pêches du petit-fils avec son grand-père. Que du bonheur et comme ça fait du bien ! Bref, le temps s'est écoulé trop vite et je les ai ramené chez eux, ne comptant rester que deux jours, mais comme tout le monde voulait que je reste plus longtemps, je suis restée une semaine complète et puis, les parents travaillant, j'ai pu passer du temps avec le trio réuni. 

    Vu du sol

     

    Notre futur voilier : faut bien rêver un peu. 

     

    Le temps de trier les photos et de préparer des articles je vous dis à bientôt !!!

     


    8 commentaires
  •  

     

    Maître corbeau, sur un arbre perché, ne tenait pas en son bec un fromage. Pfff, il m'a superbement ignoré ! lol

     

    L'étang des Leschères à Wassy

    Le réservoir des Leschères est créé en 1875 pour alimenter le Canal des fabriques, afin de maintenir son niveau d’eau en toute saison, pour le transport des minerais de fer et du coke aux usines de la région.

    L'étang des Leschères à Wassy

    Vaste réservoir d’une capacité de deux millions de mètres cubes, la « digue » s’étendait sur une superficie de 44 hectares au lieu-dit « Val des Leschères ». Elle tire ses ressources d’eau de la Blaise au moyen d’une rigole d’alimentation de 9 kilomètres de long, qui prend naissance à Dommartin-le-Franc. La digue est un ouvrage constitué de blocs de pierre provenant de Chevillon et de Brauvillers, sa longueur est de 467 mètres et sa hauteur est de 20 mètres.

      

    Depuis quelques années, la digue connaît une reconversion en lieu touristique et son niveau d'eau a baissé par mesure de sécutité.
    D'après la fiche PDF sur le sujet.

     

      

    J'en ai fait le tour un matin et c'est une belle balade à faire, en solitaire ou en famille.

    L'étang des Leschères à Wassy 

    Ici, je suis au bout de l'étang dans la partie la plus sauvage. Un héron s'est envolé à mon approche mais je l'ai vu se poser....derrière le premier bosquet dans l'alignement de la rambarde.

      

    L'étang des Leschères à Wassy

    Cet étang offre plusieurs vues différentes ce qui fait son attrait. Des canards y barbottent joyeusement en se sauvant chaque fois qu'on veut les approcher.

    L'étang des Leschères à Wassy

    Le ciel est gris mais le soleil semble vouloir transpercer les nuages et l'automne offre encore quelques touches de couleurs.

    L'étang des Leschères à Wassy

    Le chemin continue, conifères et feuillus se côtoient et si les premiers restent verts, les derniers sont presque tous déshabillés de leurs feuilles.

    L'étang des Leschères à Wassy

    La fin du parcours approche, la digue apparaît mais cette fois-ci de l'autre côté. Un banc est là pour les promeneurs fatigués. Il y en a d'autres sur le chemin mais celui-ci est mon préféré.

    L'étang des Leschères à Wassy

    La digue.

    L'étang des Leschères à Wassy

    Depuis la digue, un petit aperçu de Wassy (prononcer Vassy).

    L'étang des Leschères à Wassy

    L'étang pris de la digue.

    L'étang des Leschères à Wassy

    Ce fut une belle marche, l'air était frais, cela sentait bon l'humus, à rééditer.

      

      

      

      

      

      

      


    15 commentaires
  •  

    C'était vendredi matin. Une envie de sortir pour visiter un peu mon département. J'avais surtout envie de retourner vers Bayard sur Marne et suivre la vallée de la Marne jusque Joinville.

    En fait, un panneau indicateur, m'indiquant la marche à suivre pour ma curiosité, m'a fait prendre une petite route, très courte et très étroite, bordée d'arbres, vers une petite chapelle....ouverte à mon plus grand étonnement.

    La chapelle de la Vierge des pauvres

    A l'intérieur, de chaque côté, deux vitraux se font face.

    La chapelle de la Vierge des pauvres

     Je viens soulager la souffrance

    La chapelle de la Vierge des pauvres

    Pour toutes les nations.

      

    A gauche de la chapelle une petite construction. Il n'y avait pas d'eau et s'il y en avait eu, je ne l'aurai pas fait.

    La chapelle de la Vierge des pauvres

    Je regarde les alentours, cet endroit ne m'inspire pas beaucoup, je l'avoue, et je n'y resterai pas longtemps.

    La chapelle de la Vierge des pauvres

    En revenant vers la voiture, je prends un dernier cliché de l'ensemble.

    La chapelle de la Vierge des pauvres

    Pour ceux et celles que cela intéresse, voici un lien que j'ai trouvé très intéressant de par l'histoire de cette chapelle et de sa création.

    http://www.tmbayard.org/site/chapelle.html

     


    20 commentaires
  •  

    Toujours à Ste Livière, je continue ma balade au bord de la rivière. Je m'en retourne vers l'ancien moulin dont je n'ai aperçu aucun accès.

    La Blaise (suite et fin)

    L'eau se fait plus remuante, turbulente, c'est comme on veut. Elle fait entendre un sourd grondement comme si elle était mécontente, un trop plein de colère, peut-être, qu'elle ne veut pas laisser déborder.

    La Blaise (suite et fin)

    Au passage,  quelques champignons, posés là, en bouquet, attendent d'être photographiés.

    La Blaise (suite et fin)

     Me voici sur la route. On voit bien le déversoir qui permet à La Blaise de s'échapper pour rejoindre son cours normal.

    La Blaise (suite et fin)

    La voici, de l'autre côté du pont avec à sa droite le lavoir.

    La Blaise (suite et fin)

    La balade s'achève ici, je rentre chez moi, il est temps.

     

     


    16 commentaires
  •  

    La Blaise est une rivière française prenant sa source à Gillancourt dans le département de la Haute-Marne. Elle se jette dans la Marne, dont elle est un affluent de rive gauche, sur la commune d'Arrigny, dans le département de la Marne. (Source wikipédia)
     
    Mais en effectuant des recherches sur Google, j'ai aussi découvert qu'un affluent de l'Eure se nommait également ainsi.

    La Blaise

    En quittant la forêt du Der, je me suis arrêtée  à Ste Livière, et j'ai été saisie par toute cette eau (enfin, au sens figuré, bien sûr ). Le courant est fort à cet endroit et c'est normal puisqu'il y a un déversoir, sur la droite. Si vous avez déjà entendu une cascade, cela fait à peu près le même bruit, mais en atténué.

     La Blaise

    Toute cette eau provient du dernier épisode pluvieux.

    La Blaise

    Je longe un peu la rive et l'affluent reprend un  cours  plus paresseux.

    La Blaise

    Un cliché à ma gauche, un autre à ma droite et je reviens sur mes pas.

    La Blaise

    Un petit plongeon, ça vous tente ?

    A suivre...


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique